Charles Tournemire

22 janvier 1870 - 4 novembre 1939

Accueil Bio Oeuvres Elèves Orgues Media

L’ORGUE DE TOURNEMIRE À SAINTE CLOTILDE

L'orgue que Tournemire a connu n'existe plus. S’il est à l’origine de la première transformation en 1933, il passa la majorité de son temps (34 années de ses 41 années de titulariat à Sainte-Clotilde ) sur l’orgue originel de Cavaillé-Coll. Celui-ci a été loué principalement en raison de son caractère poétique unique et de son Récit Expressif qui était remarquablement agencé et dont la boite expressive était très efficace. Maurice Duruflé (suppléant de Tournemire de 1920-1927) écrit quelques lignes à propos de l’instrument dans ses Mémoires : « Charles Tournemire avait trouvé dans le magnifique Cavaillé Coll de Sainte-Clotilde l’instrument idéal, celui qui répondait merveilleusement à ses sollicitations, aux élans de son imagination tour à tour poétique, pittoresque, capricieuse, puis passionnée, tumultueuse, déchaînée, puis apaisée, mystique, extatique. Le Graduel grégorien toujours devant ses yeux, sur le pupitre, il demandait exclusivement aux thèmes liturgiques la source de son inspiration, qui était toujours imprégnée du plus profond sentiment religieux. Les auditeurs privilégiés qui ont été les témoins de ces improvisations, qui ont entendu, qui ont vu devant ses claviers cet homme prodigieux, n’oublieront jamais les émotions qu’ils lui doivent. ». Les enregistrements sonores que Tournemire a réalisé en 1931 sont d’ailleurs enregistrés à l'orgue tel qu'il a été conçu à l'origine par Cavaillé-Coll. Lire plus

L’orgue de salon de Tournemire…

L’ORGUE DE TOURNEMIRE À SAINTE

CLOTILDE

L'orgue que Tournemire a connu n'existe plus. S’il est à l’origine de la première transformation en 1933, il passa la majorité de son temps (34 années de ses 41 années de titulariat à Sainte-Clotilde ) sur l’orgue originel de Cavaillé-Coll. Celui-ci a été loué principalement en raison de son caractère poétique unique et de son Récit Expressif qui était remarquablement agencé et dont la boite expressive était très efficace. Maurice Duruflé (suppléant de Tournemire de 1920-1927) écrit quelques lignes à propos de l’instrument dans ses Mémoires : « Charles Tournemire avait trouvé dans le magnifique Cavaillé Coll de Sainte-Clotilde l’instrument idéal, celui qui répondait merveilleusement à ses sollicitations, aux élans de son imagination tour à tour poétique, pittoresque, capricieuse, puis passionnée, tumultueuse, déchaînée, puis apaisée, mystique, extatique. Le Graduel grégorien toujours devant ses yeux, sur le pupitre, il demandait exclusivement aux thèmes liturgiques la source de son inspiration, qui était toujours imprégnée du plus profond sentiment religieux. Les auditeurs privilégiés qui ont été les témoins de ces improvisations, qui ont entendu, qui ont vu devant ses claviers cet homme prodigieux, n’oublieront jamais les émotions qu’ils lui doivent. ». Les enregistrements sonores que Tournemire a réalisé en 1931 sont d’ailleurs enregistrés à l'orgue tel qu'il a été conçu à l'origine par Cavaillé-Coll. Lire plus

L’orgue de salon de Tournemire…